Vayéra – Un Héros Mal Loti

Vayéra – Un Héros Mal Loti

Cette Paracha reconstitue une grande partie de la vie et de l’œuvre de notre premier patriarche, ce fondateur du monothéisme, précurseur de l’Histoire d’Israël et de sa relation privilégiée avec son Créateur. Mais afin de mériter son titre honorifique, nos Sages nous révèlent qu’Abraham devra traverser dix épreuves. Grâce à elles, il prouvera au monde son attachement profond et sa fidélité envers D.ieu et Son message.

Il est intéressant de constater que tout au long de son histoire, un personnage secondaire se meut dans l’ombre de ce grand personnage. L’histoire de Loth est assez mystérieuse. Fils d’Haran, lui-même frère d’Abram, il est donc le neveu de notre héros. Adopté par son oncle, car orphelin de père dans des circonstances assez particulières, il quittera lui aussi son pays natal et sa famille pour suivre son oncle vers un pays étranger. 

Curieusement, sa personnalité et ses actes sont souvent décriés par nos Maîtres. Il suffit de voir le changement de jugement à son égard. Pour une même situation, ils verront chez notre patriarche l’accomplissement d’une volonté supérieur tandis que pour Loth, c’est sa mauvaise nature qui le guida. 

A titre d’exemple, le désir d’Abraham de recevoir des présents de la part du Pharaon sera vu comme une volonté de recevoir la bénédiction divine, alors que le départ de Loth vers la vallée du Jourdain ne sera que le signe de sa cupidité et d’un désir matérialiste. Pire, selon certains, il choisit ces contrées pour l’immoralité qui y résidait et selon d’autres, il mit même de la distance avec le D.ieu de son oncle… 

Ou encore le véritable don de soi d’Abraham de vouloir accomplir l’hospitalité malgré son état fragilisé par sa circoncision sera encensé par nos Sages alors que le danger pris par Loth d’accueillir les anges dans un lieu abhorrant ce genre de pratique sera passé sous silence.

Pourtant, il ne faut pas oublier que l’Homme que nous attendons tous, le Sauveur de notre peuple, descendra de l’inceste qu’il aura eu avec sa fille… D’une certaine, il apportera la Délivrance à notre peuple tout entier. 

Comment alors comprendre l’aversion à peine dissimulé de nos Sages pour cet homme incompris ?

Si dans les autres livres de la Torah l’Histoire est porteuse d’un message pouvant nous inspirer, dans le livre de Béréchit ce sont les Personnages qui sont des modèles pour les générations suivantes. Nous pouvons voir dans la description que Nahmanide fait de notre livre, Sefer HaAvot, ou Livre des Pères, cette volonté de considérer les acteurs de l’histoire comme la principale source d’étude pour leurs descendants. Tout personnage ne pouvant servir d’exemple se doit donc d’être écarté de notre Tradition, pour éloigner tout risque de suivre sa façon d’être. Nous pouvons donc voir dans le refus de nos Grands d’émettre un jugement favorable pour cet homme un moyen d’écarter Loth de notre Tradition et de notre Histoire. Mais il reste à en comprendre la raison. 

Afin d’apporter un élément de réponse, nous allons analyser une expression utilisée tant dans la première épreuve explicitée dans le Texte que dans l’ultime épreuve, celle qui vaudra à Abraham de se voir nommé ‘Craignant D.ieu’. En effet, dans les deux épreuves, l’ordre divin sera précédé par ‘Lekh Lekha’ habituellement traduit par ‘Va pour toi’. Cependant, pour sa première occurrence, cette traduction est compréhensible, ainsi que Rachi commentera ‘pour ton profit et ton bien’, mais pourquoi la Ligature d’Issac serait un profit et un bien pour Abraham ?

Un éclairage, adapté de l’explication du Kli Yakar, considère ces Dix Epreuves, non pas comme un simple moyen de s’assurer de la fidélité d’un homme envers Son Créateur, mais plutôt comme un voyage initiatique pour retrouver son essence. La répétition de cette expression exprimerait donc l’idée d’un parcours avec une seule destination : ‘Va vers toi’, vers ton Être et ta mission originelle. 

Ainsi, la destination finale et la conclusion de ce voyage sera le Mont Moriah, lieu où selon le Midrach les âmes de notre peuple se trouvent, ainsi que l’endroit où D.ieu préleva de la poussière pour façonner la seule créature à Son Image… 

La dualité de notre essence, de notre âme et de notre corps, trouve son origine dans ce lieu saint. Les tribulations d’Abraham servent donc à retrouver son origine et ainsi à mieux assimiler le message que l’Eternel lui transmet. C’est le retour vers Soi.

A l’instar de son oncle, Loth entendit cette injonction divine. ‘Va vers Toi !’ Il entreprit donc ce voyage à la découverte de son essence, mais avec une différence fondamentale. Contrairement à Abraham qui découvrit Son Créateur, permettant ainsi la prise de conscience de la part de divin qui l’habitait, Loth ne fit jamais ce travail de recherche. Il suivit les conclusions de son oncle, et fit de ses convictions les siennes. Le problème fut qu’il ne prit pas réellement conscience de l’existence de cette parcelle d’infini qui l’habitait. Il ne se considéra donc qu’avec son corps. Son voyage initiatique ne le mena qu’à Sodome, là où le corps et ses besoins était mis en avant. 

Malgré tout, sa recherche participera au scénario de la fin des temps, là où la véritable place du corps sera révélée dans toute sa splendeur, où la dichotomie entre esprit et matière disparaitra… 

Nos Sages voulurent donc nous éloigner de sa démarche de suiveur, point de départ de sa décadence…

Seule une véritable recherche personnelle peut entraîner la prise conscience de notre essence, permettant ainsi de trouver notre Moi…

About The Author

Ancien élève de Gateshead et de la Yéchivat 'Hevron, il est l'auteur entres autres d'un essai sur l'adolescence à travers le prisme de la Torah. Etudiant à plein temps du Kollel, il se spécialise dans 'Hochen Michpat.

Leave Comment

Résoudre : *
10 + 25 =